Scintigraphie rénale

  • Indiqué
  • Grade A
  • Dose I
  • Puisque la valeur de réference pour la mesure de la fonction rénale est le débit de filtration glomérulaire, la technique de référence est la scintigraphie dynamique au 99mTc-DTPA (traceur glomérulaire exclusif). Cependant en raison d’un faible “rapport signal/bruit” du 99mTc DTPA en cas d’insuffisance rénale, une technique alternative est aujourd’hui préférée, la scintigraphie dynamique aux “traceurs dits tubulaires”, notamment le 99mTc-MAG3 (et ses génériques) ou le Tc-99m ethylene dicysteine). La scintigraphie statique au 99mTc-DMSA donne, comme ces méthodes de scintigraphie rénale “dynamiques” avec “traceurs tubulaires”, des informations équivalentes dans la majorité des cas, sauf dans les pathologies où la fraction de filtration n’est pas symétrique (par exemple, obstruction aiguë, hypertension rénovasculaire…) et dans les tubulopathies (par exemple, syndrome de Fanconi…). Notons que le 99mTc DMSA est plus irradiant que les traceurs dit tubulaires et, à ce titre, réservé à la recherche de séquelles de pyélonéphrites.

IRM fonctionnelle

  • Non indiqué
  • Grade B
  • Dose 0
  • Les techniques d’IRM sont actuellement en cours d’évaluation et pourraient, à court terme, représenter une alternative non irradiante intéressante. Cependant, elles n’ont pas encore été validées pour cet objectif.

GRADE A : PREUVE SCIENTIFIQUE ÉTABLIE

Fondée sur des études de fort niveau de preuve (niveau de preuve 1) : essais comparatifs randomisés de forte puissance et sans biais majeur ou méta-analyse d’essais comparatifs randomisés, analyse de décision basée sur des études bien menées.

GRADE B : PRÉSOMPTION SCIENTIFIQUE

Fondée sur une présomption scientifique fournie par des études de niveau intermédiaire de preuve (niveau de preuve 2), comme des essais comparatifs randomisés de faible puissance, des études comparatives non randomisées bien menées, des études de cohorte.

GRADE C : FAIBLE NIVEAU DE PREUVE

Fondée sur des études de moindre niveau de preuve, comme des études cas-témoins (niveau de preuve 3), des études rétrospectives, des séries de cas, des études comparatives comportant des biais importants (niveau de preuve 4).

AE : ACCORD D’EXPERTS

En l’absence d’études, les recommandations sont fondées sur un accord entre experts du groupe de travail, après consultation du groupe de lecture. L’absence de gradation ne signifie pas que les recommandations ne sont pas pertinentes et utiles. Elle doit, en revanche, inciter à engager des études complémentaires.

Classe

Intervalle de dose efficace (mSv)

Exemple

0

0

Ultrasons, imagerie par résonance magnétique

I

<1

Radiographie pulmonaire, radiographie standard des membres

II

1 – 5

Urographie intraveineuse, radiographie standard du bassin, du rachis lombaire scintigraphie du squelette, tomodensitométrie du crâne et du cou.
TEP/TDM du cerveau avec un radiopharmaceutique 18F.

III

5 – 10

Tomodensitométrie du thorax ou de l’abdomen.
Scintigraphie myocardique.

IV

> 10

Certaines explorations en médecine nucléaire ou en TDM, certaines procédures en radiologie interventionnelle.
TEP/TDM du corps entier au FDG.


Source: Guide du bon usage des examens d’imagerie médicale http://gbu.radiologie.fr/