Infection invasive à méningocoque: mesures associées

  •  Mesures concernant le cas :
    • Isolement gouttelettes
    • Déclaration obligatoire
    • Chimioprophylaxie pour éradication du portage (si traitement autre que ceftriaxone)
  • Mesures concernant les cas contacts :
    • Chimioprophylaxie
    • Vaccination
  • Neisseria meningitidis (méningocoque)
  • Méningite à méningocoque
  • Purpura fulminans

 Méningocoque, transmission 

Transmission

Transmission interhumaine directe par les sécrétions rhinopharyngées, nécessitant une exposition de plus d’une heure face à face à une distance de moins d’un mètre

L’acquisition du méningocoque conduit généralement à la colonisation du rhinopharynx avec portage asymptomatique. Plus rarement, cette colonisation du rhinopharynx est suivie d’une infection invasive à méningocoque (méningite, méningococcémie), du fait de facteurs liés à la bactérie (facteurs de virulence) et/ou liés à l’hôte (immunité).

La période de contagiosité débute 10 jours avant l’hospitalisation, et se termine 24h après la première administration d’un antibiotique actif sur le portage (ceftriaxone, rifampicine, ciprofloxacine).


Infection invasive à méningocoque

Définition : isolement bactériologique de méningocoque (ou PCR méningocoque positive) dans un site anatomique normalement stérile (LCS, sang, liquide articulaire, liquide pleural, liquide péritonéal, liquide péricardique).

L’isolement de méningocoque d’un prélèvement ORL ou respiratoire n’a pas de valeur pathologique.

Une infection invasive à méningocoque survient dans les 10 jours suivant l’acquisition d’une nouvelle souche de méningocoque. Passé ce délai, l’apparition d’une immunité muqueuse empêche l’évolution vers une infection invasive.


Conduite à tenir pour le cas

Antibiothérapie curative

  • purpura fulminans
  • méningite à méningocoque”

Isolement

Mise en place de précautions “gouttelettes” : masque chirurgical

Durée : jusque 24h après la première administration d’un antibiotique actif sur le portage (ceftriaxone, rifampicine, ciprofloxacine)

Antibioprophylaxie

Dés que l’état clinique le permet, un traitement prophylactique en vue d’éradiquer un portage sera administré au patient s’il n’a pas été traité par ceftriaxone :

  • Rifampicine (Rifadine®) : 600 mg x 2/j bien à jeun pendant 2 jours
    • Attention aux interactions médicamenteuses. Informer en particulier les femmes du risque d’inactivation de la contraception orale pendant la semaine qui suit
    • Femme enceinte : supplémentation en vit. K1 chez le nouveau-né si administration de rifampicine à la mère dans les 4 jours qui précèdent l’accouchement
  • Alternatives si contre-indication à la rifampicine / résistance documentée / infections répétées dans une même communauté avec antériorité d’antibioprophylaxie par rifampicine dans la communauté dans les 5 mois précédents :
    • ceftriaxone (Rocéphine®) 250 mg dose unique
    • ou ciprofloxacine (Ciflox®) 500 mg dose unique per os

 Déclaration obligatoire

Critères de déclaration

  • Isolement bactériologique de méningocoque (ou PCR positive) à partir d’un site normalement stérile : sang, LCS, liquide articulaire, liquide pleural, liquide péritonéal, liquide péricardique
  • Isolement bactériologique de méningocoque (ou PCR positive) à partir d’une lésion cutanée purpurique
  • Présence de diplocoques gram négatif à l’examen direct du LCS
  • LCS évocateur de méningite bactérienne purulente (à l’exclusion de l’isolement d’une autre bactérie) et présence d’éléments purpuriques cutanés (quel que soit leur type)
  • Présence d’un purpura fulminans

Modalités

  • Le signalement doit être réalisé sans délai à l’ARS.
  • InVS

Vaccination

Il n’y a pas lieu de vacciner le malade.


Recherche de facteurs favorisants

Indications de bilan étiologique immunitaire :

  • infections récidivantes à méningocoque
  • antécédents familiaux de méningite à méningocoque
  • méningocoque de sérogroupe X, Y, Z ou W135
  • infection invasive à méningocoque malgré vaccination contre le sérogroupe impliqué

Si un tel bilan est indiqué, il comprendra en particulier une exploration de la voie du complément :

  • C3, C4, CH50, ±C1q
  • éventuellement dosage des fractions terminales du complément
  • recherche de déficit en properdine
  • recherche de déficit en MBL

Cas particulier de l’échec de vaccination antérieure contre le sérogroupe impliqué :

  • Dans cette situation, l’ARS envoie au clinicien un formulaire d’investigation biologique « Explorations à réaliser devant un cas d’IIM ayant des antécédents de vaccination » qui doit être complété et envoyé en accompagnement du prélèvement au CNR.
  • Tout échec vaccinal (confirmé par une sérologie) doit être déclaré en pharmacovigilance.

Conduite à tenir pour l’entourage 

Définition des cas contacts

Personne ayant été exposée directement aux sécrétions rhino-pharyngées d’un cas dans les 10 jours précédant son hospitalisation :

  • Il s’agit principalement des personnes qui vivent sous le même toit que le cas index pendant sa période de contagiosité
  • Dans les autres cas, évaluation du risque de transmission en tenant compte :
    • de la distance et du type de contact : moins d’un mètre, en face à face
    • de la durée : on considère que le risque de contamination existe pour une durée dépassant au moins une heure d’affilée.
      Ce temps peut être diminué si une toux importante et/ou des éternuements fréquents ont été rapportés pour le malade.
    • si contact “bouche à bouche” : la durée ne compte pas

En dehors de ces circonstances, les personnes ne sont pas considérées comme exposées aux sécrétions rhino-pharyngées du malade et ne doivent donc pas faire l’objet de mesures de prophylaxie.

Les “contacts des contacts” en particulier ne sont pas considérés comme des cas contacts.

Aucun isolement n’est nécessaire pour les sujets contacts, ni aucune éviction scolaire ou de collectivité.

Antibioprophylaxie

  • Dès que possible (dans les 24-48h suivant le contact) et au maximum 10 jours après le dernier contact avec le cas index
    L’antibioprophylaxie n’a plus aucun intérêt au-delà de 10 jours
  • Rifampicine (Rifadine®) : 600 mg x 2/j bien à jeun pendant 2 jours
    • 10mg/kg x 2/j chez l’enfant et le nourrisson de plus de 1 mois, 5 mg/kg x 2/j chez le nourrisson de moins de 1 mois
    • Informer les femmes du risque d’inactivation de la contraception orale pendant la semaine qui suit
    • Femme enceinte : supplémentation en vit. K1 chez le nouveau-né si administration de rifampicine à la mère dans les 4 jours qui précèdent l’accouchement
  • Alternatives si contre-indication à la rifampicine / résistance documentée / infections répétées dans une même communauté avec antériorité d’antibioprophylaxie par rifampicine dans la communauté dans les 5 mois précédents :
    • ceftriaxone (Rocéphine®) 250 mg dose unique
      125 mg chez l’enfant, le nourrisson, le nouveau-né
    • ou ciprofloxacine (Ciflox®) 500 mg dose unique per os
      autorisé chez la femme enceinte
      autorisé chez l’enfant à 20 mg/kg en dose unique

Vaccination

  • Elle est indiquée en cas d’infection invasive à méningocoque de sérogroupe A, C, Y ou W135.
  • Elle concerne les sujet contacts se retrouvant de façon régulière et répétée dans l’entourage proche du cas, même si le malade est décédé (communauté de vie du cas : famille et personnes vivant sous le même toit, amis, etc).
  • Elle doit être réalisée le plus rapidement possible après connaissance du sérogroupe, et dans un délai maximum de 10 jours* après le dernier contact avec le cas index.
    *En cas d’infection invasive à méningocoque de sérogroupe C, vaccination de l’entourage selon les recommandations du HCSP, quel que soit le délai (vaccination de rattrapage) : 1 dose de vaccin pour tout sujet de 1 à 24 ans n’ayant jamais été vacciné contre le méningocoque C
  • Les modalités sont détaillées dans ce tableau :
Sérogroupe du cas index Contact sans vaccination antérieure
pour le sérogroupe concerné
Contact avec vaccination antérieure
pour le sérogroupe concerné
Sérogroupe C Vaccin conjugué C

Nourrisson 2-12 mois : 2 injections
+ rappel dans la 2e année


Enfant > 12 mois et adulte : 1 seule injection

Vaccin conjugué de moins de 5 ans : pas de rappel

Vaccin conjugué de plus de 5 ans :
– rappel si âge dernière vaccination < 5 ans
– pas de rappel si âge dernière vaccination > 5 ans

Vaccin non conjugué de moins de 3 ans : pas de rappel

Vaccin non conjugué de plus de 3 ans : vaccin conjugué C (1 dose)

Sérogroupe A Nourrisson 6 à 11 mois :
vaccin non conjugué bivalent A+C (1 dose)A partir de 12 mois :
vaccin conjugué tétravalent A/C/Y/W135 (1 dose)
A partir de 12 mois :
– vaccin non conjugué de moins de 3 ans : pas de rappel
– vaccin non conjugué de plus de 3 ans : rappel avec vaccin conjugué
tétravalent A/C/Y/W135
– vaccin conjugué tétravalent : pas de rappel
 Sérogroupe Y ou W A partir de 12 mois :
vaccin conjugué tétravalent A/C/Y/W135 (1 dose)
 A partir de 12 mois :
– vaccin non conjugué de moins de 3 ans : pas de rappel
– vaccin non conjugué de plus de 3 ans : rappel avec vaccin conjugué
tétravalent A/C/Y/W135
– vaccin conjugué tétravalent : pas de rappel
 Sérogroupe B   Pas de vaccination sauf recommandation particulière

 


Les mesures de remboursement ne sont valables que pour les personnes ayant été identifiées par l’ARS comme sujets contacts d’un cas d’IIM devant bénéficier de la prophylaxie.


Antibioprophylaxie

Les prescriptions d’antibioprophylaxie (rifampicine, ciprofloxacine) permettent un remboursement par l’Assurance maladie à hauteur de 65%.

Vaccination

Dans le cadre de la prophylaxie autour d’un cas d’IIM, la vaccination des sujets contacts est prise en charge par les ARS au titre de la lutte contre les épidémies.

Trois vaccins méningococciques du sérogroupe C sont disponibles en  ville, remboursés à 65% par l’Assurance maladie chez les sujets âgés de 1 à 24 ans :

  • Meningitec®
  • Menjugatekit®
  • Neisvac®

Deux vaccins tétravalents conjugués A/C/Y/W135 sont disponibles en officine, non remboursés :

  • Menveo® (utilisable à partir de l‟âge de 24 mois)
  • Nimenrix® (utilisable à partir de l’âge de 12 mois).

Un vaccin méningococcique contre les sérogroupes B est disponible : Bexsero®. Son usage en prophylaxie est réservé à des indications particulières comme les situations épidémiques ou hyperendémiques.

Sources: endormi.fr