• Streptococcus et enterococcus: cocci gram positif, catalase négative, métabolisme anaérobie
  • Streptococcus: streptocoque (sensu stricto) et le pneumocoque
  • Enterococcus: streptocoque groupe D sauf streptocoque bovis


Streptocoques

Habitat

  • Parasites de l’espèce humaine: streptocoques groupes A, C et G
  • Commensaux muqueuse buccale: streptocoques du groupe B et streptocoque non groupage et non hémolytique
  • Commensaux muqueuse génitale: streptocoque du groupe B

Pouvoir pathogène

  • Bactérie pyogène n°2 après staphylocoque
  • Le plus pathogène: Streptocoque bêta-hémolytique du groupe A=streptococcus pyogènes: responsable de réactions immunologiques complexes avec formation d’Ac spécifiques et d’auto-Ac.

Streptocoque groupes A, C, G

  • Bêta-hémolytiques
  • Angine érythémato-pultacée: très fréquente, fièvre, dysphagie, ADP
  • Infections aigües: cuntanées, muqueux ou septicémiques: impétigo, érysipèle, plaies, brûlures
  • Bactériémies souvent 2ndr infction locale (fièvre puerpérale, endocardites, méningites)
  • Scarlatine: angine + dissémination du foyer par toxine érythrogène
  • TSLS (toxic shock like syndrome): syndrome de choc toxique avec défaillance multiviscérale
  • Affections auto-immune: R.A.A, néphrite post-streptococcique, chorée de Syndeham
  • Parenté antigénique entre paroi du streptocoque et certaines tissus humaines. (le traitement comprend une pénicillinothérapie et cortisone pour diminuer réaction immunitaire)

Les autres streptocoques

  • Infections aigües: génitale (fièvre puerpérale strepto B), néonatales sévères (méningite à strepto B), localisations diverses (abcès cérébral, chlécystites…)
  • Infections subaiguës: endocardite lente d’Osler (greffe sur endocarde lésé d’un strepto non groupable dentaire ou gingival (sanguis, mitis), strepto groupe D (bovis), intestinale (cancer colique) ou entérocoque)

Etudes bactériologiques

Microscope: Cocci gram positif groupés en chaînette, acapsulés, asporulés

Culture:

  • germe exigent nécessitant addition
  • en bouillon: flocons + dépôt (dû aux longues chainettes ressemblant à de la mie de pain)
  • gélose au sang: colonies grisâtres zone d’hémolyse total pour bêta (strepto A, C, G) partielle pour alpha ou rien
  • Métabolisme anaérobie mais aérobie tolérants. Pas de catalase ( enz respi, diff staph)

Physiopathologie

  • Structure antigénique
  • Polyoside C spécifique
  • Strepto groupe A: proteine M: résistance à la phagocytose, anti-M immunité durable et protectrice. (60 types Ag M) M12 dans les néphrites
  • Structures élaborées par streptococcus pyogènes

Substances élaborées

  • toxines érythrogène: scarlatine, strepto groupe A, C ou G lysogènes. Semblable à la la Spe (streptococcal pyogenic exotin) responsable de chox toxiques avec défaillance multiviscérale
  • Enzymes non toxiques
    • Hémolysines 0 et S: streptolysines: antistreptolysines. ASLO (antistreptolysines anti-O) dosé dans affections chroniques à streptocoque. Nl 2000UI/mL
    • Streptokinase (fibrinolysine), streptodornase (qui lyse les acides nucléiques) antigénique.
    • Hyaluronidase: facteur de diffusion du germe et enzmes

Diagnostic

  • Directe: prélèvement aseptique, milieu enrichi
    • sur cavité close (hemoculture, abcès..) tous les strepto peuvent être pathogène
    • gorge: seul bêta hémolytque du groupe A, C ou G
    • méningite néonat
  • indirect: ASLO

Traitement

curatif

  • strepto A, C et G très sensible pénicilline, erytrhomycine
  • strepto non groupable et strepto bovis sensibilité int pénicilline ou résistante nécissitant forte dose + aminoside

préventif: hygiène des mains (Semmelweis et fièvre puerpérale)



Entérocoque

  • cocci à Gram positif, disposés en diplocoques, commensaux du tube digestif
  • infections urinaires et d’endocardites.
  • surtout Enterococcus faecalis >> Enterococcus faecium.
  • poussent sur milieu ordinaire, sur milieu hostile (NaCl 6,5 %, bile)
  • appartiennent au groupe D de Lancefield
  • moins sensibles aux antibiotiques que les autres streptocoques
  • résistant aux C3G


Pneumocoque

Définition

  • Streptococcus pneumoniae
  • diplocoque à Gram positif, encapsulé
  • propriétés métaboliques des bactéries du genre Streptococcus

Habitat

  • hôte normal (commensal) de l’arbre respiratoire supérieur
  • Pouvoir pathogène
  • baisse de l’immunité générale ou locale (anoie arbre respi, alcool, splénectomie, malnutrition..)
  • affections loco-régionales (bronchite, pneumonie +++..)
  • affections à distance avec réactions fibrineuses génératrices de cloisonnements

Etude bactériologique

microscope: cocci à Gram positif, en flamme de bougie, encapsulés, groupés par paire (diplocoque), parfois en courtes chaînettes

culture: aussi difficile que le streptocoque, sur gélose de sang et anaérobie colonies lisses, transparentes, en goutte de rosée, entourées d’une zone d’hémolyse partielle (alpha)

Caractère biochimique

  • métabolisme anaérobie mais aérobie tolérant, pas de catalase
  • phénomène de Neufeld: adjonction tensio-actif (bile, sels biliaire) à une culture en bouillon entraîne lyse des capsules

physiopathologie

  • capsule de nature polysaccharidique (84 types immunologiques)
  • phénomène de gonflement complexe Ac-Ag permet typage sérologique
  • capsule empêche la phagocytose –> développement Ac anti-capsule permet gurésion. Sans capsule ne peut être distinguer des strepto non groupable

Diagnostic

  • Pas de sérologie, mise en évidence du pneumocoque dans lésion
  • L’analyse du crachat n’est pas un moyen fiable car présence naturelle
  • au microscopique: diplocoques à Gram positif encapsulés et de nombreux polynucléaires altérés
  • culture sur gélose au sang, de colonies en goutte de rosée, alpha-hémolytiques, sensibles à l’optochine ± lyse par bile/sels biliaires en bouillon et serotypage

Traitement

  • curatif: pénicilline
  • préventif: vaccin

Sources: Université Pierre et Marie Curie Bactériologie Niveau DCEM1 2002 – 2003  http://www.chups.jussieu.fr/