Définition

  • coques (cocci) à Gram positif, groupés en amas
  • forme de grappes de raisin, immobiles, non sporulés,
  • catalase positive et oxydase négative.
  • 27 espèces du genre, les principales sont Staphyloccus aureus, S.epidermidis et S.saprophyticus..

Habitat

  • commensal de la peau et des muqueuses de l’homme et des animaux (rhino-pharynx, intestin).
  • muqueuse nasale d’un tiers environ des sujets normaux. Eliminé
  • milieu extérieur, cette bactérie peut survivre longtemps dans l’environnement.

Pouvoir pathogène

Caractères généraux

  • pyogène par excellence, S.aureus est le microbe de la suppuration.
  • Staphylocoques— Certaines souches agissent aussi par libération d’une ou de plusieurs toxines (intoxication alimentaire, syndrome de choc toxique, impetigo).
  • Fréquence et  gravité des infections à staphylocoques liées à 3 principaux facteurs :
    • le caractère ubiquitaire du germe,
    • l’abaissement des défenses locales et générales des malades soumis à des soins intensifs, des interventions chirurgicales graves, etc.,
    •  et la fréquente résistance aux antibiotiques du staphylocoque, notamment du staphylocoque hospitalier.

Infections

Formes cutanées : atteinte plus ou moins sévère des follicules pilo-sébacés (folliculite, fu-
roncle, anthrax), atteinte péri-onguéale (onyxis, perionyxis, atteinte du tissu sous-cutané (pa-
naris, phlegmons). Certaines formes superficielles (impetigo) peuvent se compliquer de lésions bulleuses graves lorsque la souche de staphylocoque est productrice d’exfoliatine.

Formes muqueuses : otites, sinusites, mastoïdites, conjonctivites.

Formes généralisées :

  • Septicémie: foyer initial cutanéo-muqueux : diffusion par atteinte des veines (séquence : phlébite, caillot, embol septique en rapport respectivement avec action de la coagulase, de la fibrinolysine et de l’hyaluronidase).
  • Formes intestinales : soit intoxication alimentaire par absorption de toxine préformée dans des aliments contaminés par un staphylocoque producteur d’entérotoxines, soit entérocolite aiguë pseudo-membraneuse à staphylocoque, consécutive à une antibiothérapie polyvalente massive et prolongée ayant sélectionné une souche entérotoxique.
  • Syndrome de choc toxique. Il associe une hypotension artérielle importante avec état de choc, de la fièvre (> 39 °C), une érythro-dermie diffuse, une desquamation des paumes et des plantes une à deux semaines après le début de la maladie et une atteinte pluriviscérale (digestive, musculaire, muqueuse, rénale, hépatique, neurologique, hématologique). Fait important, les hémocultures sont négatives tandis que les prélèvements locaux permettent de cultiver S.aureus. Les signes cliniques sont liés à la production d’une exotoxine protéique (Toxic Shock Syndrome Toxin 1 ou TSST-1). D’autres toxines (entérotoxine B ou C) seraient impliquées dans le syndrome de choc toxique. Des syndromes similaires peuvent s’observer au cours d’infections par d’autres bactéries (ex.Streptococcus A).

Etudes Bactériologiques

Microscope

Cocci à Gram positif, isolés ou groupés en diplocoques ou en amas ayant la forme de grappes de raisin

Culture

milieu de culture sélectif hypersalé de CHAPMAN. En bouillon trouble uniforme en quelques heures. Sur gélose ordinaire se pigmentent habituellement en jaune doré (aureus). En gélose profonde zone d’aérobiose et dans la zone d’anaérobiose –> bactérie aérobie-anaérobie facultative, capable de se multiplier à la surface de la peau, en aérobiose et dans les tissus mal oxygénés, plaie profonde par exemple.

Caractères biochimiques

Aérobie prédominant et anaérobie facultatif. Catalase positive à la différence des bactéries du genre Streptococcus qui n’ont pas de métabolisme aérobie.

Physiopahtologie

Paroi: peptidoglycane, les acides teichoïques immunogène,, lipoteichoïques , polysaccharides capsulaires: meilleure résistance des souches à l’opsonisation et à la phagocytose. Certaines souches produisent un exopolysaccharide (glycocalix) qui entraîne la formation d’un biofilm engluant les bactéries et leur permettant d’adhérer aux surfaces extérieures.

Invasion: colonise la peau et les muqueuses en adhérant aux cellules et aux composants de la matrice extracellulaire.

Substances élaborées:

Les toxines

  • Les hémolysines (choc septique par cytolyse plaquette et monocyte libérant médiateurs inflammation)
  • La leucocidine (pus)
  • L’exfoliatine (d’érythrodermie bulleuse)
  • Les entérotoxines (intox alimentaires thermostable insensible suc dig)
  • La toxine responsable du choc toxique staphylococcique (TSST-1) (effet pyrogène)

Les enzymes non toxiques

  • La coagulase-libre (thrombophlébites suppurées)
  • La fibrinolysine (micro-embols septiques)
  • Les désoxyribonucléases
  • La hyaluronidase (diffusion dans le tissu conjonctif)
  • La lipase (virulence abcès)

Diagnostic

uniquement direct –> prélèvement : aseptique –> examen microscopique: cocci réguliers, à Gram positif, groupés en amas –> culture sur gélose ordinaire ou milieu de CHAPMAN si contamination.

caractères suivants

  • catalase (différence avec le streptocoque)
  • fermentation du glucose en anaérobiose (différence avec le microcoque)
  • coagulase (différence avec S.epidermidis et S.saprophyticus)
  • DNase thermostable (qui signe l’espèce S.aureus)

Traitement

préventif: mesures d’hygiène et d’asepsie individuelle et collective, surveillance des denrées alimentaires

curatif:

  • Staphylococcies cutanéo-muqueuses, localisées : macrolide ou apparenté
  • Staphylococcies graves : association de deux antibiotiques bactéricides : bêta-lactamine (pé- nicilline semi-synthétique non hydrolysée par les pénicillinases : ex. oxacilline) + aminoside (ex. :gentamicine, etc) ou fluoroquinolones (ex. : ofloxacine).
  • En cas de résistance aux pénicillines semi-synthétiques, (souches méthicilline résistantes isolées en milieu hospitalier) letraitement antibiotique sera un glycopeptide (vancomycine ou teicoplanine) seul ou associé à un autre antibiotique actif (aminosides, rifampicine, acide fusidique, fosfomycine).
  • drainage des collections purulentes.

–>Lien vers traitement


Sources: Université Pierre et Marie Curie Bactériologie Niveau DCEM1 2002 – 2003  http://www.chups.jussieu.fr/