Une simple piqûre de tique sans lésion évocatrice de phase primaire n’est pas une indication à l’antibiothérapie, sauf éventuellement chez la femme enceinte (Amoxicilline 1g x 3/j PO pendant 10 jours) et l’enfant (50 mg/kg/j PO 10 jours).


Prévention

Prévention primaire

  • information des sujets exposés
  • protection mécanique par le port de vêtements longs et fermés
  • répulsifs cutanés (DEET, IR 35/35, citriodiol) sauf chez l’enfant de moins de 30 mois. Seul IR 35/35 est autorisé chez la femme enceinte
  • éventuellement répulsifs vestimentaires (perméthrine) en cas d’expositions itératives

Prévention secondaire

  • se doucher et rechercher les tiques par un examen minutieux, en présence de tique la retirer le plus rapidement possible avec un tire-tique ou une pince fine. Il est déconseillé d’”endormir” la tique (alcool, éther, vaseline…) en raison du risque de régurgitation de l’animal.

La sérologie n’a pas d’indication :

  • Sujets asymptomatiques
  • Dépistage systématique des sujets exposés
  • Piqûre de tique sans manifestation clinique
  • Erythème migrant typique
  • Contrôle sérologique des patients traités.
  • Manifestations cliniques non évocatrices de maladie de Lyme (arthralgies sans arthrite, céphalées sans anomalies neurologiques objectives, asthénie…)

La sérologie n’a d’intérêt que dans les phases secondaire et tertiaire. Elle doit comprendre en première intention le test Elisa. En cas de résultat négatif, il n’y a pas lieu de faire un test de confirmation. Un test Elisa positif ou douteux doit être confirmé par Western Blot.


–>Lien vers traitement